Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Dauphinews

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Dauphinews

Loin des clichés associés au monde de la fusion-acquisition, Anne-Laure Beuriot a créé Carmine Capital pour mettre en pratique une vision opérationnelle et humaine du métier, au service des PME. Entretien avec une femme qui donne du sens à son travail.

Quelles ont été les motivations qui vous ont conduite à votre métier ?

Anne-Laure Beuriot : J’ai décidé très tôt de m’orienter vers le secteur de la fusion-acquisition parce qu’il associait des matières qui me passionnaient. Le secteur comprenait très peu de femmes, y compris dans l’écosystème global (avocats, fonds d’investissement, chefs d’entreprise…), notamment parce qu’il était souvent décrit pendant nos études comme un univers professionnellement épuisant.

J’ai voulu démontrer que les femmes ne devaient pas s’exclure de ce métier : on peut parfaitement le pratiquer tout en ayant une vie personnelle très épanouie (j’ai moi-même trois enfants). 

En créant Carmine, je voulais rappeler que ce métier est captivant, c’est un métier de projet qui associe l’humain, la stratégie et la finance.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce dernier point  ?

Anne-Laure Beuriot : L’importance d’une opération en capital pour un chef d’entreprise et pour ses collaborateurs nous oblige à travailler dans une perspective de long terme : nous marions des histoires humaines avant de marier des bilans. Cette approche qui favorise la pérennité des entreprises permet également d’optimiser la performance financière de l’opération. 

Nous travaillons pour permettre à nos clients de s’associer ou de transmettre leur société au meilleur partenaire (celui qui partage les mêmes valeurs entrepreneuriales) et dans les meilleures conditions financières.

En interne, quelles conditions de travail cherchez-vous à favoriser ?

Anne-Laure Beuriot : Pour moi, le travail est synonyme de lien social et d’épanouissement : il est essentiel de lui donner du sens. La diversité est un facteur d’intelligence, tant pour l’acquisition de compétences à titre individuel que pour le développement de notre capacité d’écoute. 

Nous sommes une trentaine de collaborateurs, hommes et femmes, d’âge, d’origine ou de culture différents, et nous vivons dans cette démarche. 

Notre organisation est très spécifique : il y a chez nous un vrai travail en équipe sur les dossiers, une intelligence collective qui permet aussi à chacun d’apprendre plus vite. Nous organisons beaucoup d’événements, souvent autour de défis sportifs afin de favoriser le dépassement de soi et d’ancrer son engagement. Tous les collaborateurs sont coachés individuellement et formés tout au long de leur vie professionnelle. 

Ce que je souhaite, c’est que mes collaborateurs d’aujourd’hui deviennent mes associés de demain ! 

La pérennité vaut aussi en interne : les collaborateurs doivent pouvoir envisager une vraie carrière chez Carmine, c’est d’ailleurs aussi pourquoi nous nous développons en implantant des bureaux en région et à l’international.

Cliquez-ici pour consulter l’article en ligne.

Pour en savoir plus, contacter Anne-Laure Beuriot

Carmine Capital accompagne la fusion des ESN LabSoft et 2M Advisory

Carmine Capital accompagne la fusion des ESN LabSoft et 2M Advisory

Carmine Capital met à profit son expertise sur le secteur des ESN et sa proximité territoriale en rapprochant LabSoft et 2M Advisory : deux sociétés qui se complètent et qui partagent les mêmes valeurs entrepreneuriales !

Fondée au début des années 2000, LabSoft est une ESN toulousaine, très active sur l’ingénierie, les services et les solutions digitales.

Le rapprochement avec l’ESN parisienne 2M Advisory – créée en 2013 par Nicolas Martin de Pena, permet au nouveau groupe constitué d’accélérer son développement sur les régions Occitanie, Paris, Atlantique, ainsi que de jouir d’un centre de services en Tunisie. 

 

Deux ans de collaboration commerciale et des valeurs communes 

A l’origine de ce projet, une complémentarité d’activité évidente mais aussi une envie partagée des dirigeants, et une vision commune qui ont motivé les dirigeants de ces deux sociétés à échanger plus intensivement entre les deux structures. Ce partenariat, qui a pu s’éprouver dans les faits grâce à deux années de collaboration commerciale et des valeurs communes autour de l’Humain et de la proximité, s’est concrétisé fin 2022.

 

« Un plus un égale trois », un adage bien présent dans ce projet 

Avec ses 250 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires cumulé de 16M€, LabSoft devient un acteur incontournable dans le secteur des PME du digital au niveau national. 

« Notre ambition est de créer un Groupe à l’échelle nationale, plus complet, plus performant, respectueux des personnes qui le composent et évidemment toujours à l’écoute de nos clients, en toute proximité avec leurs équipes » déclare Edouard DELPY, Président de LabSoft. « Ce rapprochement nous permet également de proposer à nos collaborateurs une continuité des engagements, tout en leur offrant de nouvelles perspectives de carrière grâce à une taille plus importante et des implantations diversifiées. »

« La complémentarité entre 2M Advisory et LabSoft est évidente, tant du point de vue des activités qu’en termes de valeurs. Je suis enthousiaste à l’idée de piloter l’activité parisienne, sous la marque LabSoft Paris, tout en étant engagé sur des activités transverses au Groupe » partage Nicolas Martin de Pena, Directeur Général de LabSoft Paris.

  

« Nous remercions Edouard DELPY et Nicolas Martin de Pena pour leur confiance. Cette opération, imaginée par Carmine Capital reflète de la meilleure façon le bénéfice des synergies Province / Paris » se réjouit Germain Simoneau, associé de Carmine Capital.

 

Pour en savoir plus sur cette opération, contacter Germain Simoneau et Stéphane Carcenac.

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Entreprendre

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Entreprendre

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Entreprendre – mars 2023

En fondant une banque d’affaires atypique avec un positionnement très différenciant, Anne-Laure Beuriot apporte son soutien aux PME sur le marché du M&A qui les oubliait. « Ce métier convient très bien aux femmes » souligne-t-elle, « il a un intérêt intellectuel fort et adresse des enjeux complexes, à la fois humains et financiers. »

 

Quel parcours vous a menée à ce poste de dirigeante ?

Anne-Laure Beuriot : Passionnée par le domaine des fusions-acquisitions, j’ai travaillé 8 ans dans le cabinet de conseil DDA & Company et je me suis rendue compte de l’absence de structure de référence dédiée aux TPE PME : la rémunération d’un cabinet étant inférieure sur une petite opération, peu d’acteurs souhaitent se positionner sur ce segment. J’estimais au contraire que ces opérations étaient plus intéressantes intellectuellement, en ce sens qu’elles nécessitent un accompagnement fort du dirigeant. Et ce qui me passionne dans le métier, c’est justement cette proximité avec les dirigeants-actionnaires qui nous permet d’appréhender leurs enjeux patrimoniaux, professionnels et personnels dans le contexte d’une opération en capital.

C’est pourquoi j’ai décidé de créer Carmine Capital en 2013, une société indépendante avec une équipe pérenne, une marque forte et un développement commercial très différenciant orienté vers les dirigeants-actionnaires (assuré depuis 2017 par mon associé, Germain Simoneau, en particulier en région).

Carmine Capital repose sur quatre piliers fondateurs solides…

Anne-Laure Beuriot : Le premier est la qualité d’exécution, avec un process bien maîtrisé pour accompagner les PME, souvent moins structurées que les grandes sociétés. Le second est la transparence : nous sommes le seul cabinet en France et en Europe à proposer une visibilité à nos clients sur leurs dossiers 24 h/24 et 7 j/7, grâce à notre logiciel MyCarmine. Le troisième est la proximité, essentielle car les habitudes, les perceptions, les visions sont très différentes selon les territoires entrepreneuriaux.
Enfin le quatrième est la diversité : à l’encontre du modèle classique de la banque d’affaires, nos 25 collaborateurs ne sont pas en concurrence entre eux mais s’apportent quelque chose mutuellement, sans considération hiérarchique.

Vous avez recruté à cet effet des personnes à profils différents…

Anne-Laure Beuriot : Assurément, des collaborateurs rigoureux, curieux, ouverts d’esprit, engagés et humbles. Nous ne recevons cependant pas assez de CV de femmes, les horaires de travail des banques d’affaires classiques n’étant souvent pas conciliables avec une vie personnelle. Pourtant, si ce métier était vraiment très masculin à mes débuts, m’obligeant à faire mes preuves plus qu’un collaborateur masculin, il s’est féminisé. Il est d’ailleurs très féminin dans son ADN de par le rôle de conseil et d’accompagnement qu’il intègre. Et chez Carmine Capital, pour bien accompagner et comprendre nos clients, nous préservons la vie personnelle de nos collaborateurs. Je le fais pour ma part avec mes 3 enfants de 3, 6 et 9 ans, même si c’est plus difficile quand on est chef d’entreprise !

Comment se caractérise votre style de management ?

Anne-Laure Beuriot : Selon moi, une équipe est engagée et performante lorsqu’elle partage les valeurs de l’entreprise, qu’elle adhère à sa stratégie de développement et que ses collaborateurs ont une vision claire de leur perspective d’évolution professionnelle. Chez Carmine, nous organisons de nombreux événements, souvent sportifs, car le sport est la concrétisation de l’engagement individuel et collectif au service de la performance. Après un semi-marathon en 2022, nous envisageons un triathlon en relais en 2023.

De quoi êtes-vous la plus fière aujourd’hui ?

Anne-Laure Beuriot : D’avoir réussi à avoir des enfants et des collaborateurs heureux et épanouis et des clients satisfaits !
Nous avons accompagné environ 200 sociétés depuis le départ, nous sommes présents à Paris, Toulouse, Lille, Nantes, Dijon, Genève, et bientôt à Lyon, Barcelone et Lisbonne. Aujourd’hui notre volonté est de devenir la marque référence à l’international des opérations en capital des PME.

 

Cliquez-ici pour consulter l’article en ligne. (page 127)

Pour en savoir plus, contacter Anne-Laure Beuriot 

Carmine Capital accompagne les armateurs dans la mise en place de leurs financements structurés

Carmine Capital accompagne les armateurs dans la mise en place de leurs financements structurés

Carmine Capital développe une offre d’accompagnement des armateurs dans la mise en place de leurs financements structurés et annonce son premier deal cross-border maritime pour plus de 110M€. 

 

Carmine Capital annonce la création au sein de son bureau parisien d’une nouvelle practice dédiée au financement maritime structuré. Portée par un cadre législatif stable et par un nouveau mécanisme incitatif visant à décarboner la propulsion des navires, la France confirme son attractivité en matière de financements structurés vis-à-vis des armateurs.

Emmanuel Longin s’associe à Carmine Capital et prend la direction de cette activité qu’il a développée depuis une quinzaine d’années :

« Le développement des propulsions écologiques, que ce soit avec des moteurs hybrides électriques, à base de méthanol ou de gaz naturel liquéfié est un enjeu de croissance très fort pour toute l’industrie maritime.

Développer cette activité au sein de Carmine Capital nous permet de répondre de façon optimale à la demande croissante d’accompagnement des armateurs désireux de bénéficier des récents dispositifs. 

Nous bénéficierons de la grande expérience de Germain Simoneau dans le financement d’actifs pour offrir à nos clients les valeurs qui ont fait le succès de Carmine Capital : indépendance, transparence, proximité et efficacité. »

Carmine Capital annonce le closing de son premier deal maritime avec la mise en place fin 2022 d’un financement sur-mesure de deux navires de soutien au développement de l’éolien offshore (CSOVs). 

Le montant de la transaction s’élève à plus de 110M€. 

Emmanuel Longin est accompagné de Gérard Forcinal en qualité de senior advisor. 

  

Pour en savoir plus, contacter Emmanuel Longin.

Interview pour La Tribune Business

Interview pour La Tribune Business

Interview pour La Tribune Business – janvier 2023 : Anne-Laure Beuriot revient sur les impacts de la conjoncture économique actuelle sur les transmissions d’entreprises

Les crises successives incitent les dirigeants-actionnaires à modifier leur approche d’une opération en capital. 

Quelle est la dynamique du marché des fusions-acquisitions ? Comment les dirigeants-actionnaires intègrent-ils l’incertitude économique actuelle dans leurs décisions capitalistiques ? Quels sont les secteurs touchés par un ralentissement des opérations, et ceux qui sont porteurs ? 

Anne-Laure Beuriot, associée fondatrice, nous en dit plus.

 

Quels sont les services que propose le cabinet Carmine Capital ?

Carmine est une société de conseil en cession, acquisition et levée de fonds. Nous accompagnons les dirigeants et actionnaires d’entreprises dans leurs projets de transmission industrielle (cession majoritaire ou totale à des sociétés industrielles) ou financière (cession minoritaire ou majoritaire à des fonds d’investissement). Nos clients profitent souvent du contexte de ces transmissions financières pour faire monter leurs salariés au capital.

Nous sommes très orientés PME, et gérons des opérations du segment SMID CAP, c’est-à-dire des valorisations entre 10 et 100 millions d’euros. Nous travaillons sur tout type de secteurs, et plus particulièrement dans ceux des nouvelles technologies, du conseil aux entreprises ou encore de l’industrie.

 

Quelles sont les valeurs qui vous différencient ?

Afin de garantir la performance des opérations que nous accompagnons, nous avons construit notre offre de services sur quatre piliers fondateurs. D’abord, la qualité d’exécution, éprouvée depuis 10 ans et plus de 250 opérations. Ensuite, la transparence avec nos clients. Grâce à notre plateforme digitale myCarmine, nous garantissons une adéquation parfaite entre leurs enjeux et notre stratégie pour leur opération. Enfin la proximité et la diversité : notre développement repose sur une présence locale et une équipe de femmes et d’hommes, de culture, d’origine et de génération variées.

Quels sont les impacts de la crise actuelle sur la posture des chefs d’entreprise ?

Nous avons la chance d’être dans un pays porté par des chefs d’entreprises performants et résilients : les sondages de ces derniers mois montrent qu’ils restent confiants dans l’avenir de leurs entreprises.

Cependant, ils ont beaucoup souffert ces deux dernières années et nous observons chez nos clients un changement radical dans leur rapport au capital depuis la crise COVID. La plupart aspirent à un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle, ce qui amène certains dirigeants actionnaires à anticiper la transmission de leur entreprise. Certains choisiront de s’orienter vers une cession totale pour reconstruire leur vie sur de nouvelles bases et d’autres, qui souhaitent conserver leur activité et leur équipe pour laquelle ils ont de l’attachement, opteront pour une cession partielle à une autre société ou à un investisseur financier.

Dans tous les cas, leur objectif est d’aboutir à un meilleur équilibre entre leur patrimoine professionnel et privé. Ce phénomène qui tend à se généraliser est vraiment très nouveau en France où la culture de l’actionnariat majoritaire et du contrôle était encore très ancrée dans les esprits jusqu’à ces dernières années.

 

Quels sont les secteurs touchés par un ralentissement des opérations, et ceux qui sont porteurs ?

Même si on observe une forte résilience des secteurs du retail et de l’industrie, ces derniers sont fortement impactés par la crise : hausse du coût des matières premières et des salaires, augmentation des taux d’intérêt et du coût des investissements, et enfin baisse du pouvoir d’achat. 

À l’inverse, le secteur des services reste très performant. C’est d’ailleurs un domaine très attractif pour les fonds d’investissement. Les valorisations sont toujours très hautes, et les opérations dynamiques.

Il y a également un fort engouement des fonds pour le secteur RSE, où on retrouve des valorisations élevées. C’est un secteur porteur sur lequel les fonds ont des contraintes d’investissement et souvent des poches dédiées.

 

Pour lire l’article de La tribune dans son intégralité, cliquez ici.

Pour en savoir plus, contacter Anne-Laure Beuriot.

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Informations Entreprise

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Informations Entreprise

Interview d’Anne-Laure Beuriot pour le magazine Informations Entreprise – janvier 2023

Fondée en 2013 par Anne-Laure Beuriot, Carmine Capital est devenue en moins de 10 ans une marque de référence sur le métier du conseil en fusion-acquisition dédié aux PME ; une raison suffisante pour partir à la rencontre de sa fondatrice, et ainsi comprendre les raisons d’un tel succès !

Quels sont les enjeux actuels de votre marché ?

Anne-Laure Beuriot : Nous nous situons actuellement en plein milieu d’une période d’inflation, avec à la clé une hausse significative des taux. Mécaniquement, le coût du financement bancaire devient plus élevé et la valorisation des entreprises plus souvent challengée. Dans cet environnement incertain, le chef d’entreprise doit à la fois être prudent dans la gestion de son activité mais aussi préparer l’avenir en poursuivant les investissements dans le développement de sa société. Le manque de visibilité des dirigeants, qui implique une plus grande difficulté à se projeter dans une opération d’acquisition, associé à la hausse des taux incitent certains dirigeants à privilégier une posture attentiste et à limiter les opérations d’acquisition.

Nous constatons également que les opérations menées avec des fonds d’investissement subissent un certain ralentissement. Cependant, les fonds ayant encore beaucoup de liquidités à investir, ce constat est essentiellement limité à certains secteurs jugés sensibles, dont l’industrie et le retail qui sont fortement impactés par la crise actuelle du fait de l’augmentation du coût de l’énergie et de la baisse globale du pouvoir d’achat. En revanche, les investisseurs restent très actifs sur les sociétés RSE et les sociétés de services BtoB – secteurs que nous adressons particulièrement – notamment du fait de leur résilience face à la crise actuelle.

Dans ce contexte, quel est le rôle de Carmine Capital ?

Anne-Laure Beuriot : Cette situation, inédite sous plusieurs aspects, nous amène à proposer un accompagnement reposant principalement sur deux piliers.

Tout d’abord, la proximité : nous souhaitons nous positionner au plus près de nos clients, afin de prendre le temps d’analyser leur société, les enjeux auxquels ils font face et les réponses à apporter face à ces enjeux conjoncturels. Dans un deuxième temps, et à travers ces analyses, nous cherchons à comprendre si l’entreprise se situe dans un bon momentum pour lancer une quelconque opération. Si le contexte reste positif, nous lançons alors la machine en définissant l’acquéreur et en traitant les risques potentiels. Accompagnement du dirigeant, analyse de l’entreprise, anticipations des réponses : c’est avant tout de cela dont il est question.
Sur les opérations avec des investisseurs, comme indiqué, nous les encourageons véritablement sur les deux secteurs mentionnés plus haut, à savoir, la RSE et les services BtoB.

Vous abordez justement la question de la RSE. Comment se positionne Carmine Capital sur ce sujet ?

Anne-Laure Beuriot : Carmine Capital est engagée dans une dynamique RSE avec une volonté affirmée d’améliorer son impact social, sociétal et environnemental. Cela passe notamment par la protection des intérêts de nos clients et de nos collaborateurs.
Au sein de l’équipe également, Carmine revendique avec fierté une mixité générationnelle, sociale et culturelle, vecteur de créativité, de dynamisme et de flexibilité. Mon souhait est de créer une émulation autour de notre marque afin d’accélérer notre développement à l’international.
Cette logique passe par la rétention de nos collaborateurs, nous avons ainsi créé un environnement propice à leur épanouissement. Les former, les coacher, les accompagner et les engager dans notre développement à travers des évènements collaboratifs : nous souhaitons créer un véritable sentiment d’appartenance ! C’est d’ailleurs dans ce sens que dès l’année prochaine, l’ensemble de nos collaborateurs auront accès au capital de Carmine !

Cette logique résonne à travers votre positionnement, les fameux 4 piliers de Carmine. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Anne-Laure Beuriot : Qualité d’exécution, transparence, proximité, diversité ; c’est autour de ces notions que s’articule l’ADN Carmine.
Ici, le premier point fait office de sujet central : notre souhait est de créer une marque de référence en France et à l’international.
Pour convaincre nos interlocuteurs, il est nécessaire de mettre en place un processus structuré, basé sur un savoir-faire en termes d’exécution et des compétences financières, stratégiques, comptables, juridiques, etc.
Concernant la question de la transparence, il nous semble que tout dirigeant doit pou- voir accéder aux informations relatives à son opération à tout moment. Dans ce sens, nous avons développé un logiciel permettant de suivre l’intégralité de nos actions et de les partager en temps réel à nos clients. Cette approche nous offre également la possibilité de gagner en agilité, les informations transmises au fil de l’eau nous permettant de nous focaliser sur l’aspect stratégique du deal.
Cette logique d’accompagnement s’incarne à travers le digital, mais également le physique. Les différences culturelles qui composent notre pays nous ont ainsi conduit à multiplier les relais en région, afin d’offrir à nos clients des « accompagnateurs » capables d’appréhender la subtilité de telle ou telle zone géographique.
Pour ce qui est du sujet de la diversité, comme indiqué, l’hétérogénéité de notre équipe nous permet d’apprendre à travailler avec des personnes différentes, et donc, avec des clients différents !

Quels sont vos projets ?

Anne-Laure Beuriot : Nous poursuivons notre développement en région, à Lyon, Bordeaux, et Marseille, ainsi qu’à l’international, de Lisbonne à Montréal en passant par Barcelone. En parallèle, nous développons de nouvelles offres pour nos clients : financement en dette privée, financement structuré d’actifs, ingénierie patrimoniale et coaching de dirigeants, etc. Nos récents succès nous permettent d’aborder l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme, nous cherchons ainsi à multiplier les projets et accélérer nos recrutements !

Pour en savoir plus, contacter Anne-Laure Beuriot

Carmine Capital accompagne FACIL’iti pour sa première levée de fonds

Carmine Capital accompagne FACIL’iti pour sa première levée de fonds

Créée en 2018 et installée à Limoges (Nouvelle-Aquitaine), FACIL’iti propose une solution d’inclusion numérique brevetée qui personnalise l’affichage des sites internet et intranet selon les préférences des utilisateurs, pour plus d’autonomie sur le web. 

 

Créée par Frédéric Sudraud, la jeune pousse vient d’effectuer sa première levée de fonds auprès de quatre groupes référents qui rentrent au capital de FACIL’iti : 

  • Le Groupe TF1, groupe media leader de la télévision en France, qui avait intégré la start-up dans son accélérateur Média Lab TF1 à Station F dès 2018. 
  • Bouygues Telecom, opérateur de télécommunications engagé dans le numérique pour tous. 
  • Le Groupe Crédit Agricole, premier financeur de l’économie française, à travers Crédit Agricole Régions Investissement, filiale de 11 Caisses Régionales dont celle de Centre Ouest basée à Limoges et qui accompagne les entreprises régionales et les projets du territoire. 
  • Malakoff Humanis, acteur majeur de la protection sociale, engagé en faveur d’une société plus juste et plus inclusive. 

 

FACIL’iti a pour objectif d’accélérer son développement à l’international (USA, Canada, Europe et Japon) et de lancer rapidement de nouveaux services innovants en intensifiant sa R&D. 


Répondre aux enjeux d’accessibilité aux services numériques des personnes en situation de handicap 

« Notre ambition est d’accompagner toujours plus de personnes en recherche d’autonomie numérique », explique Frédéric Sudraud, CEO et fondateur de FACIL’iti. « Cette levée de fonds va nous permettre de former de nouveaux développeurs à notre savoir-faire technique, qui reste aujourd’hui unique sur le marché. Nous prévoyons la sortie de nouveaux produits utilisant la réalité augmentée pour poursuivre notre mission : mettre la technologie au service de l’humain. » 

Frédéric Sudraud revient sur la manière dont il a vécu cette opération : « L’accompagnement des équipes Carmine Capital a été précieux pour permettre une bonne lecture des différentes options qui se sont présentées. Cette levée de fonds était une première pour moi. Grâce à leurs conseils, j’ai pu prendre des décisions éclairées. » 

 

« Le groupe TF1 se réjouit de poursuivre sa collaboration avec FACIL’iti. Nous portons une attention toute particulière à l’accessibilité de nos produits digitaux, en particulier au titre de nos engagements RSE. Après avoir choisi leur solution pour équiper nos plateformes digitales, MYTF1 et TF1INFO, nous avons souhaité soutenir la start-up dans le développement de ses prochaines innovations, en investissant un ticket minoritaire via notre fonds d’investissement « One innovation » » commente Olivier Penin Directeur de l’Innovation du groupe TF1. 

 

« En tant qu’opérateur de référence, Bouygues Telecom a pris des engagements forts depuis 2005 pour renforcer ses critères d’accessibilité à ses produits, ses services et ses outils de communication. En travaillant avec FACIL’iti, nous permettons aux visiteurs de nos sites internet d’adapter l’affichage en fonction de leurs besoins de visualisation. Nous sommes fiers d’accompagner cette start-up innovante pour la soutenir dans cette nouvelle étape de son développement » partage Anthony Colombani, Directeur corporate de Bouygues Telecom.

Entreprise multi-récompensée, FACIL’iti est l’une des rares startups françaises à avoir obtenu la certification B-Corp. Elle emploie vingt collaborateurs, compte plus de 500 sites équipés partout dans le monde (Cdiscount, Veepee, LVMH, Ville de Tokyo, Clarins…) et 2,2 millions d’utilisateurs. 

 

« La technologie développée par Facil’ITI est unique sur son marché et permet de répondre aux enjeux d’accessibilité aux services numériques des personnes en situation de handicap. Nous sommes fiers d’avoir pu accompagner cette levée de fonds et tellement convaincus par l’intérêt de cette solution que nous l’avons déployée sur notre site » déclare Anne-Laure Beuriot, associée fondatrice de Carmine Capital.

Pour en savoir plus sur cette opération, contacter Anne-Laure Beuriot et Mariia Krasnikova.

Carmine Capital Toulouse accompagne la cession de LENSYS à BOW MEDICAL

Carmine Capital Toulouse accompagne la cession de LENSYS à BOW MEDICAL

Le groupe LENSYS, créé en 2006 par Nicolas et Bernard EL BEZE, est une entreprise toulousaine qui s’appuie sur quinze collaborateurs et propose une suite logicielle pour la prise de rendez-vous (Direct-Agenda), la consultation préanesthésique (Direct-Consult) et le suivi per et postopératoire des patients (Direct-Op). En 2022, près de 150 établissements et 3.000 professionnels de santé utilisent les solutions de LENSYS. 

Pour accompagner sa croissance, LENSYS s’est rapproché de BOW MEDICAL, leader de l’informatisation des soins critiques. Ce rapprochement s’est réalisé, avec le soutien des actionnaires historiques de BOW : EXTENS investi depuis 2018 et TURENNE GROUPE depuis 2021. Un troisième fonds de dette – APERA ASSET MANAGEMENT – s’est joint à l’opération. BOW MEDICAL réalise ainsi sa deuxième opération de croissance externe en quatre ans.

 

Créé en 1999, puis repris par le fonds d’investissement EXTENS en novembre 2018, BOW MEDICAL est devenu un acteur majeur de l’informatisation du parcours de soins critiques présent au sein de près de 400 établissements de santé, dans le domaine de l’anesthésie, de la réanimation et de l’obstétrique au travers de la suite logicielle DIANE. 

DIANE, destinée aux anesthésistes-réanimateurs des cliniques et des hôpitaux, est déployée dans plus de 2 900 salles d’opération et 650 lits de réanimation et soins intensifs en France. BOW MEDICAL revendique 50 % de part de marché en anesthésie et 15 % en réanimation. 

Entreprise des Hauts-de-France comptant 68 collaborateurs, BOW MEDICAL est installée à Amiens (80) depuis 1999. Depuis l’acquisition des sociétés MICRO6 et MANASYS en 2020, BOW MEDICAL dispose également d’un établissement à Villers-lès-Nancy (54). 

Cette acquisition vient compléter l’offre de BOW MEDICAL et asseoir la dynamique de croissance dans le domaine des solutions logicielles pour les soins critiques. Le dossier d’anesthésie est un segment spécifique du dossier patient qui nécessite une forte expertise métier. 

LENSYS, en privilégiant dès sa création l’ergonomie et l’aide à la décision au sein de ses solutions, a réussi à s’imposer historiquement sur le marché de l’activité libérale des anesthésistes et des cliniques privées et plus récemment dans les hôpitaux en France et à l’étranger. Avec l’intégration de Direct-Agenda, Direct-Consult et Direct-Op dans son offre logicielle, BOW MEDICAL sécurise et conforte son leadership sur ces métiers en anesthésie et en réanimation. DIANE est déjà disponible en huit langues et équipe des sites dans 5 pays européens et en Inde grâce à des contrats signés avec les filiales de son distributeur, le groupe international DRÄGER. 

 

Pierre TOUTON, directeur général de BOW MEDICAL déclare : 

« Cette acquisition est une étape importante dans notre stratégie visant à enrichir nos solutions logicielles et à accroître notre impact et notre succès sur le marché européen. La gamme autour de Direct-Consult est un catalyseur important de notre stratégie de croissance logicielle et nous sommes ravis d’ajouter de telles solutions au portefeuille de BOW MEDICAL. Nous travaillons dès à présent à une intégration profonde avec la suite Diane afin que BOW MEDICAL propose des solutions complètes et innovantes pour tous les acteurs des soins critiques en Europe. » 

 

Nicolas EL BEZE, président de LENSYS et LENSYS LAB’S ajoute :

« Cette acquisition va donner à LENSYS les moyens d’accélérer sa croissance par l’apport des ressources d’un industriel reconnu dans notre secteur. BOW MEDICAL va pouvoir s’appuyer sur les équipes et les compétences de LENSYS pour compléter son offre. Ainsi BOW MEDICAL pourra proposer une solution complète et innovante pour les établissements privés et publics. »
Il revient également sur la manière dont il a vécu cette opération : « La vente d’une entreprise est une étape techniquement complexe et qui peut être chronophage et stressante. L’accompagnement de Carmine Capital a été parfait. Carmine nous a aidés à prendre les meilleures décisions, à orchestrer les échanges tout en respectant les critères que nous avions définis et toujours dans la bonne humeur. Cette expérience avec les collaborateurs de Carmine était enrichissante aussi bien sur le plan humain que professionnel. »

Valentine DERAMECOURT, directrice d’investissement d’EXTENS déclare :
« Nous sommes ravis de continuer de soutenir BOW MEDICAL dans le renforcement de sa position d’acteur incontournable en France et à l’international, sur les marchés de l’anesthésie libérale et à l’hôpital. Cette acquisition s’inscrit parfaitement dans la dynamique de croissance du groupe et de digitalisation du parcours de soins critiques, qu’accompagne Extens depuis 2018. »
 

 

Salim LEMSEFFER, Directeur d’investissement d’APERA ASSET MANAGEMENT déclare : « Nous sommes très heureux d’accompagner BOW MEDICAL et EXTENS dans ce projet de développement. Nous avons été convaincus par la qualité de l’équipe de direction, la forte valeur ajoutée de l’offre de BOW MEDICAL ainsi que la complémentarité des solutions proposées par LENSYS qui consolide la position d’acteur de référence de BOW MEDICAL. » 

 

« Nous nous réjouissons d’avoir contribué au rapprochement entre BOW et BOW MEDICAL. Cette opération confirme notre implantation à Toulouse et plus largement en Occitanie » déclare Anne-Laure Beuriot, associée fondatrice de Carmine Capital. 

 

Pour en savoir plus sur cette opération, contacter Anne-Laure Beuriot, Cécile Jonnard, Alexandre Merle et Stéphane Carcenac.

Interview d’Anne-Laure Beuriot et Etienne Barbry pour le magazine du MEDEF Paris

Interview d’Anne-Laure Beuriot et Etienne Barbry pour le magazine du MEDEF Paris

Interview d’Anne-Laure Beuriot et Etienne Barbry, pour Inspir’, le magazine du MEDEF Paris – novembre 2022

Parce que la vente de son entreprise est un événement unique dans la vie des entrepreneurs, Carmine Capital les accompagne tout au long des processus de cession ou de levée de fonds afin d’optimiser la valorisation des entreprises et la pérennité de leur croissance. Anne-Laure Beuriot, associée fondatrice, Etienne Barbry et Germain Simoneau, associés dirigeants de Carmine Capital, nous en disent plus.

Qu’est ce que Carmine Capital ?

Anne-Laure Beuriot : C’est un cabinet indépendant qui accompagne les PME dans leurs opérations de cessions, d’acquisitions et de levées de fonds. Notre action s’articule autour de 3 piliers :

  • La qualité d’exécution, garantie par une équipe d’une quinzaine d’analystes expérimentés et centralisée à Paris ;
  • La transparence : grâce à un logiciel développé en interne dès notre création en 2013, nos clients suivent en temps réel l’avancement de leurs dossiers. Cette démarche unique sur le marché, permet de développer un lien de confiance fort ;
  • La proximité : nous sommes implantés au coeur des régions à Lille, Toulouse, Nantes et Dijon avec de futures ouvertures en cours de réflexion.

Pour donner accès à nos clients au marché international, nous finalisons l’ouverture de notre filiale à Genève et envisageons des ouvertures prochaines à Lisbonne et Barcelone, sur le moyen terme, et Montréal et Londres sur le plus plus long terme.

Qui sont vos clients et quels sont leurs besoins ?

Etienne Barbry : Nos clients sont essentiellement des dirigeants actionnaires de PME à « taille humaine » qui réalisent un chiffre d’affaires entre 5 et 100 millions d’euros, parfois plus en terme de chiffre d’affaires mais ce sont toujours des PME / ETI familiales et indépendantes des grands groupes. Pour ce qui est de leurs attentes, elles sont nombreuses et peuvent varier selon la nature des opérations que nous réalisons pour eux eux.

D’une façon générale, qu’il s’agisse d’une opération de transmission ou d’une levée de fonds dans le cadre du financement de la croissance ou d’opération de rééquilibrage patrimonial que nous appelons OBO, nos clients attendent de nous que nous les aidions à trouver le « meilleur » acquéreur ou le « meilleur » investisseur. Et c’est là toute la force de Carmine Capital qui, grâce à son hub parisien et ses nombreuses implantations géographiques aura la capacité à identifier, et mettre en concurrence le plus grand nombre de contreparties afin de permettre à nos clients d’optimiser les conditions de leurs opérations bien sûr mais aussi et je dirais presque surtout, de pouvoir choisir l’acquéreur ou l’investisseur qui correspond le mieux à leurs valeurs et leurs projets.

Par exemple, et c’est d’ailleurs un phénomène de plus en plus fréquent, aujourd’hui les dirigeants actionnaires sont de plus en plus soucieux de l’avenir de leurs équipes quand ils envisagent la transmission de leur entreprise. Cela suppose un processus quantitatif de grande qualité et une capacité d’écoute et de compréhension des hommes qui est la première composante de l’ADN de Carmine Capital.

Suite de l’article page 111.

Pour en savoir plus, contacter Anne-Laure Beuriot et Etienne Barbry.

Carmine Capital accompagne Willing dans sa 2ème opération de LBO

Carmine Capital accompagne Willing dans sa 2ème opération de LBO

Willing et Carmine Capital : une confiance renouvelée

Fondé en 2016 par Benjamin PROVOST et Cyril VEGNI, Willing est un cabinet de conseil indépendant français spécialisé dans la transformation et la performance des entreprises. En 2020, Carmine Capital accompagne Willing dans sa 1ère opération de LBO auprès du fonds Re-Sources Capital. Cette opération permet à Willing d’accélérer sa croissance notamment via l’ouverture de bureaux à Bordeaux, Marseille, Lyon, Nantes, Strasbourg et Genève. 

Fort de ses 200 collaborateurs, Willing est devenu un acteur majeur en région et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 20 M€ en 2022.

  

Entrée d’Activa Capital au capital de Willing

En septembre 2022, Willing réalise une nouvelle opération de LBO et lève 15M€ auprès d’Activa Capital, une société de capital-investissement de référence sur le marché et caractérisée par un vrai esprit entrepreneurial. 

 

Cette nouvelle opération à laquelle le fonds Re-Sources participe également, permet à Willing de faire monter au capital ses managers clés et de lancer sa nouvelle phase de sa croissance : Willing ambitionne de poursuivre le renforcement de son maillage géographique et de développer de nouvelles expertises sectorielles afin d’atteindre la barre des 50 M€ de chiffre d’affaires dans les prochaines années. 

 

« Nous sommes heureux de renouveler notre confiance à Willing et de contribuer à son développement. Le cabinet a connu une très forte croissance ces dernières années, avec l’ouverture de plusieurs bureaux en France et à Genève. Nous croyons en la capacité de Benjamin et de ses équipes à aller encore plus loin » commente Romain Rastel, Directeur Associé chez Re-sources Capital. 

 

Alexandre Masson, Managing Partner et Frédéric Singer, Directeur d’Activa Capital, complètent : « Willing offre une proposition de valeur unique à ces clients et dispose d’un potentiel de développement très important. Nous sommes très fiers d’avoir l’opportunité de participer à cette nouvelle phase de croissance de Willing aux côtés de Benjamin Provost. Cette opération se situe au cœur de notre savoir- faire : l’accompagnement d’opérations primaires aux côtés d’entrepreneurs de talents. » 

 

Benjamin Provost, Président de Willing, revient sur la manière dont il a vécu cette opération : « Carmine propose une approche partenariale qui s’inscrit dans la durée. Dès notre première opération, l’équipe Carmine a pris soin de bien comprendre notre positionnement, notre stratégie et nos enjeux pour nous offrir un accompagnement réellement sur-mesure. » 

 

« Nous remercions Benjamin Provost et Cyril Vegni, ainsi que Romain Rastel, Directeur associé chez Re-sources capital, de nous avoir renouvelé leur confiance. Cette opération permet à Willing de lancer une nouvelle phase de son développement aux côtés d’Activa Capital qui saura la soutenir dans la mise en œuvre de son plan stratégique et lui apporter son savoir-faire dans la structuration de sociétés en forte croissance » se réjouit Anne-Laure Beuriot, associée-fondatrice de Carmine Capital. 

 

Pour en savoir plus sur cette opération, contacter Anne-Laure Beuriot, Cécile Jonnard, Xavier Langlois et Stéphane Carcenac.